Manger sain, bio, local et de saison, bienvenue à la Gamelle!

Si comme moi vous êtes toujours à l’affût d’endroits sympas ou l’on peut manger à la fois « beau » et « bon », la « Gamelle des Voirons » devrait être votre prochaine découverte sans plus attendre! 

Quand je dis manger « beau », je ne sais pas vous, mais moi j’aime avoir une belle assiette entre les mains. Je mange avec les yeux autant qu’avec la bouche en fait! Le plaisir commence ici, par un beau dressage. On devine les saveurs rien que par l’aspect des produits, leur dispositions.

fullsizeoutput_264aJe suis sportive comme vous le savez peut être, et ma pratique de haut niveau m’a amenée à réfléchir depuis longtemps sur ma façon de me nourrir. Sur la qualité des apports notamment, de sorte que, ce que je mange soit prioritairement efficace sur le plan énergétique et micronutritionnel, avant même d’envisager la dimension du plaisir gustatif! Quelle hérésie! Ces 2 aspects, goûts et qualité ne devraient pas être dissociés!

Alors comme tout le monde j’ai essayé tous les régimes de la terre possible: Végétarisme, véganisme, crudivorisme, paléo, méditerranéen, high-fat Low-Carb, cétogène, puis j’ai observé le principe de chrono nutrition, puis les jeûnes intermittents, bref, je crois sincèrement que tout ou presque y est passé! Au final ? De frustrations en désillusions, j’en ai d’avantage perdu mon latin que trouvé LE remède miracle!…

J’ai même fait une formation professionnelle en micro-nutrition pour asseoir mes connaissances théoriques et mon expérience empirique avec des données sommes toutes plus scientifiques et appuyées par des études à la clé… J’y appris des choses intéressantes, mais j’en suis ressortie à peu près aussi perdue à la fin qu’avant de la faire cette formation! Rien ne dit que telle ou telle méthode est la meilleure, rien ne laisse entrevoir qu’il n’y ait qu’une seule et unique façon de se nourrir… Certes il y a des principes fondamentaux qui régissent les besoins en micro et macro nutriments, mais malgré tout, on est tous différents, et selon nos tolérances et préférences alimentaires, certaines approches ne nous correspondront pas forcément, alors qu’elles iront à merveille pour d’autres! La moralité de tout cela? Je crois qu’il y a du bon dans tout, à l’exception de la frustration!

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_321cSi comme moi vous êtes épicurien, vous n’allez pas résister longtemps à la tentation de ce délicieux Crumble cacao-compotée de pommes et gingembre, surtout celui de la Gamelle des Voirons, fait maison, avec beaucoup de fun et d’amour!…  Si l’on regarde la richesse de notre patrimoine culinaire, il y a suffisamment de bons produits, non transformés et non industriels qui doivent satisfaire à notre équilibre, nous apporter les nutriments essentiels, et ravir nos papilles du même temps!

Tout est question d’équilibre! Je me suis rendue compte au fil du temps, qu’en me faisant plaisir, en redonnant au goût toute sa dimension naturelle et puissante, c’est à dire celle des saveurs du produit d’origine, tel qu’il est quand il sort de votre jardin, qui n’a pas subi les multiples ajouts d’exhausteur de goûts pour masquer la fadeur d’un produit chimique et pauvre en nutriments, et bien j’obtenais plus de satiété rapidement.  Du coup, j’éprouvais moins le besoin de repas « copieux » pour combler la faim et ou le manque de certains apports provoqués par tel ou tel principe alimentaire qui consiste à éviter certains types d’aliments…

En d’autres termes, à partir du moment où l’on mange des produits frais, de qualité, et surtout de saison, on optimise la qualité des apports nutritionnels quoi qu’il arrive. A partir de là, laissons la créativité, l’originalité, et nos envies s’exprimer!

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_3217Alors quand il est question de sortir déjeuner à l’extérieur, mon inquiétude reste de savoir à quelle sauce je vais être mangée?! De nos jours on compte plus de restaurateurs avides de faire salle pleine et le plus de marge possible au détriment de la qualité des produits dans l’assiette! Rentabilité et profit, régissent notre monde depuis toujours!… Ne faisons pas une généralité, bien sûr en France la Gastronomie à toutes ses lettres de noblesse, et nous avons certainement les plus grands chefs de la terre ainsi que les meilleurs produits du terroir! En tout cas pour les « grandes tables » peut-être, mais pour les budgets  plus modestes qu’en est il?…

Mon réflexe c’est de chercher « resto bio » partout ou je vais… On ne trouve pas toujours de bonnes adresses; Souvent on tombe sur des snacks qui proposent de la « bouffe rapide » avec des produits « tendances » à base de Quinoa ou de « superaliments »! Et on se dit bêtement, « ah bah voilà je vais bien manger la! »… Bien? Vous êtes sûr? ça coûte quand même vite en moyenne 20 euros pour que vous ayez un semblant de quelque chose à vous mettre sous la dent, et les saveurs n’y sont pas toujours…

fullsizeoutput_264bEn revanche quand vous tombez sur LA perle, ça vaut le coup d’en parler! Car oui, aujourd’hui apparemment on peut encore déjeuner le midi au restaurant, bon en qualité, avec beaucoup de goût, équilibré, varié, avec en prime une provenance locale, et des produits bio et de saison! Houah! Incroyable non?! Et tout ça pour un budget tout à fait raisonnable, en tout cas pas plus cher que dans les « snacks bio » ou dans n’importe quelle brasserie !… Je voulais vous inviter à découvrir cette belle adresse qui m’a séduite dés la première fois où j’y suis allée: A « la Gamelle des Voirons », une affaire familiale qui vient tout juste de fêter son 1er anniversaire le 2 octobre dernier!…  Un petit « resto du coin », sur Cranves-Sales, joli petit village de Haute-Savoie, pas très loin d’Annemasse et de la frontière Suisse juste pour vous situer…

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_321eNous sommes un beau lundi de septembre, sous un doux soleil que l’été indien semble faire perdurer! Le week-end dernier c’était l’UTMB, et cette semaine j’ai impérativement besoin de recharger correctement les batteries pour la prochaine échéance qui arrivera en octobre prochain pour la Diagonale des fous… Entre 2 réunions, nous décidons d’aller déjeuner à l’extérieur, et c’est au café resto dit « la Gamelle » que nous réservons en terrasse.

L’accueil y est chaleureux, et dés notre arrivée le ton est donné: Aux abords de la terrasse, des fruits et légumes du « jardin » égayent le lieu. C’est rassurant, ici on aime les bons produits de saison!  La carte est simple, 3 entrées au choix, 2 plats principaux, un végétarien et l’autre carné, puis 3 desserts au choix. Avec une carte comme celle-ci, on est à-peu-près sûrs que les produits seront frais! Et en effet, ils le sont! fullsizeoutput_264dLa carte se veut fraîche, bio, locale et de saison! C’est parfait, c’est juste ce qu’il me faut! Dans l’assiette, il y’a de la couleur et un mélange de saveurs incroyables! Ici le chef maîtrise les assaisonnements, à la perfection!

y916FmowRW+jP+jtgDjH%g_thumb_3253Ca pétille en bouche, et on a vraiment le sentiment de se faire du bien!

Sans titre.png

La Gamelle, c’est une histoire de famille. A vrai dire chez les « Humblot » on est cuisinier de père en fils avec même un 1/2 frère chocolatier! Christophe le Chef, ébéniste de carrière, à toujours eu goût pour la cuisine, une passion transmise par son propre père! La touche artistique? Elle vient aussi de sa fille, Eudoxie, promise à des études dans les Beaux Arts, c’est finalement à la Table de son papa qu’elle va laisser exprimer toute sa créativité! Tout comme Camille, la serveuse et amie d’Eudoxie. Une subtile association de passionnés, sur fond d’engagement fort envers une cuisine saine.

« La Gamelle des Voirons est pour nous une véritable prise de position, un lieu où manger devient un acte fort (et fort agréable) pour nous et nos clients. »

Christophe Humblot

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_3220

A l’image du mobilier, chaleureux et cossu, que Christophe a dessiné et monté entièrement lui même, dans la cuisine, l’équipe de La Gamelle ne veut que des produits frais, de qualité, et dont la provenance se limite à la Haute-Savoie. Ils privilégient les petits producteurs et la vente directe. Une vraie démarche envers un mode de consommation résolument plus respectueux de la planète, et des clients finaux!

Quel est l’intérêt des circuits courts et pourquoi les privilégier? Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article très intéressant sur le site de « Monsieur Appert » où vous découvrirez tout l’intérêt de cette filière!

« Nous voyons la cuisine comme un art, et nous avons à coeur de défendre le « Goût ». » Eudoxie

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_324d
« Brownies cru » : Cacao cru, pâte de dattes et noix. Sans oeuf, sans lactose, sans gluten.

A ces mots on s’invite facilement à leur table! Christophe et Eudoxie transmettent et partage leur savoir et leur passion pour la cuisine saine et équilibrée dans les écoles notamment. Car nos chérubins ont encore le « goût » , malgré la fâcheuse tendance des industriels à ajouter trop de sel et de sucres raffinés dans tous plats transformés, ce qui perturbe nos percepteurs naturels du « goût ».

Prochainement des ateliers cuisine devraient même voir le jour à la Gamelle! Si par ailleurs vous avez un évènement privé à organiser, renseigner vous auprès de La Gamelle, le restaurant est « privatisable » le week-end! Une occasion en or d’impressionner vos hôtes dans un cadre super sympa, sous l’oeil bienveillant des deux super chefs qui vous raviront les papilles à coup sûr!

Cet article vous a mis l’eau à la bouche j’espère? Découvrez sans plus attendre cet endroit magique dont vous trouverez ici toutes les coordonnées

Dans un prochain article je vous livrerais quelques unes de leur fabuleuses recettes du moment! Pour ne pas en louper une miette je vous invite, dés à présent à vous abonner à la newsletter Womountain.fr!

Si vous aussi vous avez des bons plans, ou des recettes saines et équilibrées que vous souhaitez nous partager, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires!

Bon appétit!

Emy

 

 

 

 

 

Le TREG, venez courir le désert

Je suis littéralement tombée sous le charme de cette course en regardant le film de l’édition 2018! …Une véritable invitation au voyage, où la course est juste un « prétexte » pour découvrir l’un des plus beaux déserts sur terre, avec 8 sites naturels exceptionnels sur le parcours!…

23415414_1621877991201637_3060261018011252365_o.jpg

 Une petite présentation de l’évènement tout d’abord:

Le TREG®est une course à pied nature de longue distance, empruntant des terrains désertiques sablonneux ou pierreux très variés. La distance de cette épreuve est d’environ 180km, pour environ 2400 mètres de dénivelé positif. Le lieu du départ et d’arrivée se situe au Tchad dans la région de l’Ennedi. Cette région méconnue et très préservée est tout simplement grandiose. Elle dispose de sites naturels tout simplement incroyables qui dégagent une sérénité propice à la pratique du  trail.

Le TREG® se déroule en une seule étape non-stop, en boucle, en autosuffisance alimentaire à allure libre, en un temps limité à 72h, couplé à des barrières horaires. La navigation se fait à partir d’un GPS (fournis par l’organisation). Le départ sera donné le mercredi 20 Février 2019 à 07h00 du bivouac de l’épreuve spécialement construit pour l’occasion par les femmes de la région.

Le TREG® – Teaser 2019 from Le TREG on Vimeo.

ob_f56c6b_010-01

 

 

Qui veut voyager loin…

Western States, UTMB, Echappée Belle, Tor des Géants, Diagonale des Fous…Que des noms magiques de courses mythiques qui font rêver….  Californie, Mont-Blanc, Belledonne, Val d’Aoste, île de La Réunion, il faut dire qu’il y a là quelques bons arguments pour voyager déjà juste par la pensée!!

On en oublierai presque qu’il s’agit là de courses de longues distances en montagne! Et quand je dis « longue distance », la plus petite d’entre ces courses fait toute de même 144km pour 11 100M+ (L’Echappée Belle)… Quand à la plus longue, qui n’est autre que le Tor des Géants, elle fait maintenant, avec les nouvelles modifications de parcours plus de 340km pour environ 27 000M+ !!!… Les 3 autres, n’étant « que » de simples 100 miles +ou- c’est à dire la distance « classique » de 163km pour un ultra (+ou- car la Diag et l’UTMB compte 170km maintenant pour environ 10 000M de dénivelés positifs, autant en négatifs…)

Je ne cite que ces courses, que j’ai eu la chance de courir, et que j’aime particulièrement, parce que la liste des « Ultras » XXL et XXXL même serait bien trop longue à citer de nos jours!

Je pratique ces distances depuis mes débuts, donc ce post n’a pas pour but de critiquer le format « Ultra », ni sa popularité loin de là et encore moins le nombre croissant de courses longues distances, ce n’est pas mon point!

En revanche, mon regard critique se porte d’avantage sur l’évolution de notre sport, sa pratique en général, et le comportement des coureurs.

Pourquoi? Parce que comme tout Athlète, sportif qui se respecte, on ne peut pas ignorer la difficulté d’une épreuve, ni l’incidence réelle qu’elle porte sur notre corps, et sur notre organisme dans sa globalité.

Aujourd’hui, il est devenu « commun », tout à fait « normal » d’enchainer les longues distances aux dénivelés toujours plus impressionnant les uns que les autres… On voudrait vous faire croire, que cela est facile, normal, et possible pour tout le monde! On voudrait vous faire croire qu’il n’y a aucune incidence sur le corps, et sur la performance au cours d’une saison, et sur la longueur année après année, et quel que soit votre âge!…

Mais il suffit de regarder ce qui se passe à haut niveau pour comprendre qu’il n’en est rien! …

La longue distance est un art, celui « d’endurer », certainement plus que dans bien d’autre sport « d’endurance ». Même le marathon, discipline au combien difficile, n’exige pas autant de complexité dans sa préparation, ni d’avoir autant de « qualités » nécessaires pour arriver au bout d’une telle épreuve…

Ce sont 2 sports incomparables selon moi. Il n’y a qu’à regarder les vitesses moyennes des vainqueurs pour comprendre que l’on ne parle pas du même sport!… Il n’y a qu’à regarder l’équipement des coureurs et le terrain sur lequel ils évoluent pour comprendre que bien d’autres paramètres que uniquement l’aspect physiologique déterminent telle ou telle potentielle performance pour tel ou tel Athlète… Et que dire de la durée des épreuves?! Courir 2H, voir même 3, 4 heures sur un marathon, quand les meilleurs bouclent un UTMB en 21Heures! … Et un Tor des géants en presque 68heures avec quasi pas ou peu de sommeil!! … C’est tout à fait différent, dans la gestion et dans l’effort. En revanche, le dénominateur commun reste « l’impact » physiologique.

Il est tout de même rare de voir un Marathonien enchaîner 6, 7, 8 voir plus de Marathons dans la même année; Je ne suis même pas sûre qu’ils en fasse plus de 2 en réalité!… Et on comprendra assez facilement pourquoi! En faire un nécessite déjà une grosse préparation, ensuite il génère une grosse fatigue après l’avoir fait, et puis potentiellement quelques « lésions » de ci de là, en tout cas un certain impact physiologique à coup sûr.

Je cite l’enchaînement d’ultras, mais je devrais plutôt parler de  la succession de courses quelques soient les distances dans une saison en fait. 12 Courses par an c’est déjà énorme pour celui qui envisage de performer sur toutes!! On ne fait pas du vélo, le Trail n’est pas un sport « porté ». Et enchainer 12 courses par an, sans compter les heures d’entrainements où là encore, on va courir et pousser le corps dans ses retranchements, n’est pas anodin…

Les conséquences d’une telle négligence? Blessures à répétition et en tout genre, fractures de fatigue, tendinites de partout, sur-fatigue entrainant le burn-out plus communément nommé « sur-entrainement » et stop, saison terminée alors que les gros objectifs ne sont même pas encore arrivés!! … Dans les cas les plus léger, l’Athlète reviendra, dans les cas les plus graves, sa carrière se terminera prématurément…

Je pense que l’on peut pratiquer raisonnablement le Trail, et en particulier l’Ultra, sans mettre en péril sa santé, et tout en restant dans une éthique irréprochable et indiscutable. C’est juste une question de respect, de soi, et de son corps,  mais aussi des autres et du réglement…

Un projet sportif s’envisage sur le long terme. il ne peut pas toujours être le fruit d’une soirée bien arrosée (ou pas! ;)),  aucours de laquelle un pari entre amis se termine en objectif de saison!…

Prendre le temps de lisser les choses, définir des objectifs à court, moyen et long termes, sont la seule façon de se diriger dans le bon sens et de la bonne manière. On peut avoir soif de courir, de défis en tout genre, mais ignorer que le corps à besoin de récupérer pour durer, et continuer à progresser, c’est se mentir à soi-même, avant de leurrer les autres…

Alors que la fin de saison se profile, et que les dernières grosses courses arrivent, j’avais juste envie de partager ma vision d’une bonne pratique de notre discipline:

Qui veut voyager loin, ménage sa monture!

Prenez soin de vous,  et bon run! 😉

emy